//
vous lisez...
Les USA, Sur la route

Petite visite surprise d’Irène avant le départ

5 jours. C’est exactement le temps qu’il me reste. Cette fois, ça se compte sur les doigts d’une seule main, ça fait assez flipper. On y est les enfants, faudra penser à faire la valise un de ces quatre… il va falloir se motiver pour ça.

En ce moment, aux Etats Unis, vous êtes tous censé savoir que nous avons eu la visite surprise d’Irène. Quel merdier elle nous mets par içi, pas moyen de regarder les cartoon de Disney Channel en breakroom, toutes les télévisions sont branchés sur les chaines météos, CNN ou FoxNews. Même à la fitness room, les gens se branchent sur les chaines d’infos. Peut être qu’avec les images de tempête et des live reporters s’en prenant plein la gueule en direct des côtes Est des USA ca donne envie aux américains de courir plus vite sur le tapis roulant je ne sais pas … ce qui au passage, ne ferait pas de mal à certain(e)s, mais quand même !

Des français qui étaient supposés faire une croisière aux Bahamas en ce moment ont vu leur croisière détournée vers Key West, sympa vu le prix du ticket, mais vu ce qu’ils ont ramassé labas, c’est sûr que ce n’était pas le moment d’y aller.

Vendredi était le jour supposé où Irène faisait une petite pause dans son « roadtrip » de la cote Est pour s’arrêter en Floride. Dès mardi, les managers de Magic Kingdom communiquaient sur les procédures à suivre, sur le fait qu’on ne travaillerait peut être pas vendredi ou en service dégradé (déjà qu’on ne tourne qu’à environ 28 000 visiteurs par jour, ce qui ne représente presque qu’un tiers des capacités du park, alors s’il y en a encore moins…). Ils ne prennent pas ça à la légère, déjà que quand il y a des éclairs ils arrêtent les attractions qui se déroulent à l’extérieur pour ne prendre aucun risque, alors vous pouvez imaginer la mobilisation pour  » l’hurricane « . Il serait intéressant de savoir si le château de Cendrillon est prévu pour supporter de gros aléas climatiques, et dans quelle mesure. Faudrait pas que ca s’effondre non plus, ca ferait tache un Magic Kingdom sans château.

De toute façon, je m’en fiche un peu, moi, vendredi, j’ai pris la poudre d’escampette. Pour mon dernier jour off de tout mon programme içi, on a préféré fuir Irène et partir sur la côte Ouest de la Floride. Location d’une Ford Fiesta à 9H du matin et nous voilà parti à 4, direction Sarasota, pas très loin de Clearwater ou nous étions allé la dernière fois. Je fus désigné pilote driver officiel de la journée. La minute d’adaptation à la voiture ne furent pas de tout repos pour mes passagers, puisque habitué aux voitures à vitesses manuelles, mon premier reflexe pour s’arrêter fut d’appuyer brutalement sur l’embrayage. Vous avez déjà vu une pédale d’embrayage sur une voiture américaine (donc automatique les 99% du temps) ? Cherchez pas, il n’y en pas. Et la première pédale que vous trouverez à proximité étant la pédale de frein, je vous laisse imaginer le comportement de la voiture. Régulateur de vitesse, radios américaines, climatisation et routes américaines parfaitement droites nous mettront à l’aise pendant les 2H aller, 2H retour de trajet. Ca fait plaisir de conduire après deux mois d’abstinence,  vraiment. Attention cependant aux limitations de vitesse, ce fut $280 pour un ami français qui allait à Miami la dernière fois et qui a un peu poussé le bouchon la pédale un peu trop loin (comme Maurice) devant le radar du Sheriff, méfiance méfiance méfiance !

Bref. Cliché habituel une fois arrivés à Sarasota : sable blanc super fin, grand soleil, eau super chaude, on a bien fait de fuir le temps chaotique d’Orlando et de la côte Est. On profite de la voiture pour se déplacer à l’extrémité Nord dans l’après midi, direction Anna Maria, un petit coin perdu mais très sympathique qu’on nous a conseillé, bourré de petites villas en bord de mer. C’est à se taper le cul par terre, littéralement. Maintenant, je sais ou sera ma résidence secondaire quand je serais grand. Bref, on profitera de la journée jusqu’au magnifique couché de soleil depuis la plage. Un Wendy’s et un Taco Bell après, nous prenons finalement la route du retour, le ventre plein, la peau brulée bronzée par le soleil, très content de la superbe journée qu’on venait de passer.

Sinon, de retour içi, et bien c’est comme votre dernier jour de collège, de lycée ou votre dernier jour de prépa : vous savez pertinemment que vous vivez certaines choses pour la dernière fois, et vous vous faite la réflexion à chaque fois que cela se produit. C’est frustrant et triste, vous savez que cela va vous manquer et que vous ne pourrez plus jamais vivre quelque chose de la sorte. Mais d’un autre coté, vous êtes content de passer à la suite. Bah là pour moi, c’est un peu pareil… Mes deux phrases favorites du moment (et leurs déclinaisons en anglais) sont : « Aaaah, je ne veux pas partir ! »et  « Aaaaah, mais ça va faire plaisir de rentrer ! ».

D’ailleurs, je vous laisse, ce soir, c’est la dernière fois que je vais manger à Planet Hollywood et que je sors en boite à House of Blues avec les copains, on en profite jusqu’au bout.

PS : j’ajouterais des illustrations dans l’article et les photos de tout ça sur Flickr très très prochainement !

 

 

 

 

 

PS 2 : done. Une petite dernière photo pour la route, ça ne fait pas de mal :

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :